L’entrepreneuriat : Vers la fin de la hype ?

par Aurélien Bardon

Tous patrons1 entrepreneurs ! Vive la strat-up nation ! Etre freelance c’est la classe, la liberté…

Cette petite musique, on l’entend depuis quelques années désormais.

Si on écarte le fait que cela n’est pas recommandé / faisable pour tout le monde et que cela n’est pas forcément mieux qu’être salarié, l’année 2020 sera l’année de la prise de conscience des risques de l’entrepreneuriat.

Certes avec des dispositifs tels que la rupture conventionnelle ou l’ACRE il était dans les faits possible de se lancer en prenant quasiment aucun risque malgré ce que certains entrepreneurs aiment dire : « J’ai pris un risque ». (haha).

Bref, pour passer le covid au chaud, rien de mieux qu’être en CDI.

C’est ce que vont découvrir tous les personnes qui se sont lancées ces 12 derniers mois. Un salaire qui tombe tous les mois de manière assurée, pas de perte de trésorerie ou d’effondrement de la valeur de son business, et des conditions parfois idylliques pour supporter la période.

La hype de l’entrepreneuriat a contribué à ringarder le salariat et le sécurité incroyable d’un CDI.

Le Covid permettra peut être de commencer à faire la part des choses. A reconnaitre les avantages et les inconvénients des 2 statuts.

De nombreuses entreprises ont hurlé au secours lors du covid et c’est bien normal car il s’agit d’un critère externe dont n’est pas responsable l’entrepreneur et contre lequel il peut peu de choses, voir rien dans certains cas.

Si vous avez une entreprise dans le tourisme, l’évènementiel, l’aviation… sans 12 mois de tréso de coté, vous êtes mort. Les aider est important car quand il faudra repartir vite, ces entreprises auront donc un rôle à jouer dans la reprise. Sauver un emploi coute certainement moins cher que d’en créer un.

Toutefois, re-introduire un peu de risque dans le domaine de l’entrepreneuriat ou tout du moins la conscience du risque est très important. Car si l’entrepreneur peut gagner 2 ou 3 ou 10 fois plus qu’un salarié « classique » en CDI  alors c’est à lui, le premier, de subir les conséquences de ce fameux « risque ».

ps 1 : On ne dit plus patron on dit entrepreneur. Parce qu’un patron c’est méchant & un entrepreneur c’est gentil.

 

Aurélien Bardon
Dites STOP aux régressions SEO avec Oseox Software

Je vous recommande de lire également

  • Outil pour comparer des listes
  • La montée de l’intolérance
  • L’entrepreneuriat & l’effet machine à laver
  • Aseox passe en mode 100% télétravail : Perspectives, anecdotes et remerciements
  • Ne manquez pas la newsletter pro E-marketing d'Oseox.fr

    (Un ebook de 31 pages en cadeau)