Aurélien Bardon

Simple blog personnel d'un entrepreneur idéaliste

Business et gagne-petit

Le « gagne-petit » c’est celui qui a l’occasion de gagner un peu, une fois et tout de suite.

Cela peut être en minimisant une dépense

  • Négocier un prix le plus bas possible
  • Profiter de la possibilité de payer une prestation le moins cher possible (ou carrément de ne pas payer)
  • Se faire offrir quelque chose de petites valeurs

Cela peut être en facturant quelque chose trop cher, voir facturer du vide

  • Marger fortement sur un hébergement mutualisé OVH à 2€ par mois
  • Marger indument l’envoi d’emails via un service en ligne pour ses clients
  • Surfacturer une prestation de quelques secondes au prix fort

Sur l’instant, le « gagne-petit » gagne effectivement.

Mais dans le même temps, il perdra peut être pour toujours

  • Ce nouveau petit prospect qui serait devenu son plus gros client 2 années plus tard
  • Ce client qui comptait continuer à travailler avec lui pendant les 10 prochaines années
  • Ce prestataire/fournisseur dévoué et sérieux qui faisait un excellent travail offrant un ROI de folie

Quelques exemples concrets

  • Patron qui refuse une augmentation de 50€ euros par mois à un collaborateur extrêmement performant qui rapporte une blinde à la boite
  • Décisionnaire qui refuse la mise à jour du TJM d’un super presta qui lui rapporte beaucoup d’argent
  • Choix d’un prestataire pas cher qui aura divisé son devis par 2 suite à une négo et qui livrera une presta de moindre qualité

Il faut être très riche pour pouvoir se permettre d’acheter de la mauvaise qualité ou de travailler avec les moins bons.
L’addition sur 5 ou 10 ans se transformera en une perte colossale.

Facturer ou encaisser le juste prix ni plus ni moins, rapporte plus que de surfacturer ou de sous-payer.

Alors, vous êtes un gagne-petit ou vous récompensez avec plaisir ceux qui le méritent ?

La gentillesse nous étonne, c’est dingue non ?

Vous entrez dans un fastfood comme Big Fernand, vous commandez et vous ne pourrez pas vous empêcher d’être étonné.

De la qualité des produits ? oui mais je tenais à vous parler d’autres choses.
Le même étonnement que si vous allez chez Bagelstein ou que si vous montez dans un VTC d’UBER.

L’amabilité

Ils ont le sourire, sont décontractés et surtout ultra polis.

Ce qui est encore plus étonnant et paradoxal et que l’on soit étonné.

Wow une entreprise que j’ai choisi parmi des dizaines sur ma route afin de me restaurer, une entreprise soumise à une concurrence féroce, une entreprise à qui j’ai décidé de donner de l’argent plutôt qu’à une autre
m’accueille avec gentillesse. Ils s’inquiètent de ma satisfaction. Parfois ils font même des blagues.

C’est simple cela fait parti du cahier des charges, de la formation, de ce qui est imposé à chaque personne travaillant pour ces compagnies

Soyez gentil, aimable, poli, faites preuve d’empathie.
Car il est malheureusement nécessaire de le rappeler

Vendre et fidéliser c’est séduire.

Toutes ces entreprises savent que cela fera revenir le client et qu’il en parlera à ses amis.
Bref, l’amabilité est bonne pour le business et en plus c’est gratuit.

Ce qui est affligeant est qu’il faille le rappeler, l’instituer comme règle et valeur de l’entreprise.
Je suis sur et certain qu’il y a des contrôles très stricts à ce sujet dans ces franchises.

Cela ne coute pas plus cher de dire bonjour avec le sourire en revanche ne pas le faire peut couter cher.

Je lisais il y a peu de temps, un article édifiant de Loic Le Meur : Can we have some Tokyo taxi drivers in Paris ?

L’année dernière j’ai eu l’occasion de passer une bonne partie de mon temps sur Paris.
Toutefois le problème que je vais évoquer est propre à toutes les villes même s’il est amplifié à Paris et dans les zones touristiques.
Pour avoir pas mal voyagé, il me semble aussi particulièrement lié à notre pourtant si beau pays.

Les commerçants font la gueule, les serveurs sont peu motivés, les règles de base de la courtoisie rarement respectées.
En 2 semaines, j’avais réussi à ne plus vouloir aller chez aucun des commerçants de proximité.

Le cafetier qui refuse de te laisser une table à 11H de peur de rater un couvert à 12H alors que son resto n’est jamais plein et qu’il y a de la marge entre 11H et 12H
La boulangère qui ne te dit pas bonjour ni merci mais t’indique juste le prix à payer
Le restaurant qui change la chaine de TV alors que tu lui avais bien expliqué que tu étais venu pour regarder le match de foot
25 minutes à attendre la prise de commande alors que les serveurs parlent entre eux
Etc etc etc…

Nous en arrivons donc à être étonnés que le vendeur Big Fernand, du Bagelstein ou le chauffeur UBER soit toujours aimable.

On marche sur la tête.

C’est tombé sur quelqu’un de désagréable qui devrait être étonnant.

Etre vendeur pro, c’est avoir le sourire chaque matin.
Ce qui n’empêche pas de savoir envoyer chier un client qui dépasse les bornes 😉

// aparté

Moi même je suis prestataire de service.
Je mets un point d’honneur à être au service de mes clients
Je m’inquiète plus qu’eux de la visibilité de leur propre site.
Mais dès qu’un commence à ne plus me respecter j’applique le même comportement avec lui ou lui demande de changer afin de pouvoir continuer à collaborer de manière agréable.
J’en invite généralement 1 par an à ne plus me parler et je ne le facture même pas, je passe tout de suite à autre chose.

// fin aparté

Un jour, très tard vers minuit, je retourne chez un traiteur dont les employés sont souvent très désagréables.
j’y retourne pour un sandwich à emporter car les produits sont eux vraiment super bons et qu’il ne reste plus grand chose d’ouvert.

Le serveur, habituellement exécrable, arborait alors un grand et large sourire.
Étonné mais agréablement surpris je prends mes sandwichs et rentre chez moi.

La viande dans les sandwich était CRUE !
Oui crue.

Excessivement énervé, je cherche le téléphone et appel.
Incroyable, c’est le vendeur qui décroche.

Je lui explique furieux qu’il vient de me vendre de la viande crue.

Nullement étonné, il m’explique qu’il le savait car il venait juste de commencer à faire cuir sa viande quand je suis arrivé
et qu’il ne voulait pas me faire attendre. Mais que je pouvais revenir pour avoir de la viande cuite oO

Les 2 sandwichs ont terminé à la poubelle, j’ai perdu 15€, il en a gagné 15 mais lui a aussi perdu un voisin, client régulier, perdu pour toujours.

A la place de cracher sur les impôts et autres taxes, spécialité des commerçants, il faudrait peut être commencer par se rappeler ce qui signifie les mots « client » & « service ».

Si ces fameuses nouvelles chaines détruisent tout sur leur passage c’est aussi peut être en partie grâce à ce sens du client. Ne croyez pas que cela me plaise de financer parfois des multi-nationales étrangères souvent adeptes de l’évasion fiscale.

Ne pas être dérangé en openspace

Mettre le casque.

Pas envie d’écouter de la musique ?

Mettre le casque sans allumer la musique 🙂

Cela va refroidir les ardeurs de toutes les personnes qui voudront essayer de vous parler

Avez-vous respecté vos résolutions 2016 ?

En 2016, j’avais publié mes résolutions.
Voyons voir celles que j’ai respecté.

Faire toujours plus de sport

Oui pendant 6 mois

Je me suis entrainé comme un dingue jusqu’en Juin.
J’ai couru un 5KM en moins de 20 minutes (19’58) en finissant sur la ligne en même temps qu’un de mes partenaires d’entrainement.

Niveau cardio, j’ai surement atteint mon meilleur niveau. Supérieur à celui où je m’entrainais dans un groupe de haut niveau de sprint.

Puis… une blessure.

J’avais pour objectif de courir le 10KM de la braderie de Lille en moins de 42 minutes qui de toute manière a été annulé…

Améliorer mon anglais

Oui

C’est clairement l’année où j’ai le plus progressé.
J’ai eu notamment l’occasion de présenter mon logiciel OSEOX MONITORING à plusieurs anglophones.

Mon accent et mon vocabulaire n’ont pas vraiment progressé mais j’ai perdu cette appréhension à parler en anglais que l’on a un peu tous lorsque l’on n’est pas bilingue.

Ecouter plus de musique

Non

Lire davantage

Non

Continuer à voyager

Oui

Berlin, Milan, Londres, Sardaigne, Barcelone, Vancouver (1ère fois outre Atlantique), Lisbonne.

Je n’ai pas eu la force de retourner en Asie.

Avoir la force de continuer à me battre contre les escrocs

Oui

Découverte du tribunal de grande instance de Douai où un escroc a été condamné pour la 2ème fois !

4/6

Exactement comme en 2015.

Merci 2016, cette année terrible pour beaucoup de personnes et pour la France, a été pour moi une année riche d’expériences à travers des rencontres et des voyages incroyables.

Les épreuves que j’ai traversé m’ont rendu aussi plus fort. Certainement plus aigre aussi, mais c’est ce qui s’appelle tout simplement : vieillir.

Les projets pro 2017

ASEOX : Faire aussi bien que 2016 concernant nos prestations SEO
OSEOX MONITORING : Etre scalable, attaquer le marché US
XXXXX : Re-lancer un site E-commerce : Ouiiiii !
OSEOX : Essayer d’écrire au moins 12 articles de fond

Je ne sais pas comment je vais trouver le temps pour faire tout cela mais je sais que nous n’avons jamais été aussi bien organisés qu’en 2016.
Ma team est au top et motivée.

Go Go Go !

Utiliser son site : Eating your own dog food

Cet article va surement vous paraitre idiot ou simpliste mais il m’a semblé utile de le rappeler.

Vous éditez un site internet ? De contenu ou de service ?
Vous vendez des produits ou logiciels ?

Vous devez faire comme vos clients.
Utiliser votre site, lire votre contenu, tester votre service/produit, comme eux.

55% de vos utilisateurs commandent sur mobile ? A quand remonte la dernière fois où vous avez passé une commande sous mobile sur votre propre site en créant un compte de A à Z ?

Vous éditez un site d’actualité sur les sorties en France ?
Utilisez-vous votre site pour trouver des idées de sorties ?

Vous éditez un site avec un direct live sur le Foot ?
Utilisez-vous votre site pour suivre le live ou aller vous sur le site de l’équipe ?

Vous éditez un logiciel SEO ?
Utilisez-vous votre logiciel au quotidien ?

Les américains appellent cela « Eating your own dog food »

Vous allez vous rendre compte de tous les problèmes et allez vraiment avoir envie de les corriger.
Vous testerez en permanence et serez dans un cercle vertueux d’optimisation continue.

Si vous n’aimez pas utiliser votre produit/site alors vos clients/prospects aimeront encore moins.
Si vous préférez utiliser le produit/site d’un de vos confrères, vos clients aussi !

En plus, pas besoin de payer des tests utilisateurs… soyez le 1er utilisateur.

Bon appétit !

Se concentrer sur les actions ayant vraiment de la valeur

Le budget et/ou le temps représente souvent la contrainte la plus importante d’un projet.

En SEO, il est possible d’optimiser des centaines de critères, de lancer des dizaines de chantiers d’optimisations.
Il faut donc choisir par où commencer c’est à dire prioriser les actions.

Si les actions du « lot 1 » ne fonctionnent pas ou ne donnent pas assez de retours, vous serez viré ou le projet mourra de lui même avant le lot 2.

Quel coup de marteau donner et où, quel boulon faut-il resserrer en 1er, quelle pièce à ajouter… aura un maximum de ROI.
Cela n’est pas le même réponse sur tous les projets… car il faut prendre en compte toutes les contraintes.

Sur certains projets ajouter des pages prendra 6 mois
Sur d’autres obtenir les logs prendra 12 mois
Et enfin, dans un autre environnement optimiser des TITLE existant prendra 8 mois alors qu’il sera possible d’ajouter de nouvelles pages optimisées sous 15 jours.

Des liens ? Du contenu ? Résoudre une problématique technique ?

Une compétence capitale est donc de « savoir » précisément par où commencer en comprenant parfaitement le contexte et les contraintes.

Connaitre la liste de tout ce qu’il faut faire pour réussir est finalement peu utile car vous n’arriverez jamais à tout faire.

On ne vous en laissera tout simplement pas le temps.

PS : Désolé mais publier des photos de chats sur instagram n’est jamais dans le lot 1

Driiiiiing 2

Quand un projet n’avance pas

il ne sert plus à rien d’empiler les conseils/préconisations.

  1. Choisir une et une seule préco.
  2. Idéalement, une facile à déployer et offrant un bon ROI.
  3. Relancer tous les jours pour obtenir le déploiement.
  4. Repeat

Avec ce mode de fonctionnement, il deviendra vite très gênant pour la personne en charge du déploiement de ne rien faire et… le projet risque d’avancer de nouveau.

Ce que devraient lire tous les managers / RH / fondateurs