Travail & Déconnexion totale

par Aurélien Bardon

Les articles et tweets qui concernent le domaine du travail donne souvent le droit à des réactions enflammées. On peut y avoir parfois les traumatismes de certains concernant leurs expériences professionnelles qui cherchent à faire d’une experience particuliere une vérité globale.

 

J’ai par exemple perdu plusieurs « potes » du web pour un simple bullet point au coeur d’un article qui n’a pas plu à certains : )

 

Chaque été, un sujet revient inlassablement qui est celui de la déconnexion et des vacances. Il ne m’a pas échappé qu’il existe désormais un « droit à la deconnexion »

Chacun cherche à imposer son point de vue à l’autre & à se mettre en valeur.

Il y a ceux qui cherchent à montrer qu’ils sont à fond dans leur taf, ne déconnectent jamais, répondent à leurs emails même en vacances et d’autres qui souhaitent montrer que personne ne peut leur imposer de travailler en congès (alors même que peut être leur manager ne leur demande rien…).

Un ancien associé m’avait reproché de lui envoyer des emails tard le soir alors même que je n’ai jamais attendu de réponse le soir ni même le lendemain ni même demander plus de rapidité. Je travaillais juste le soir car cela était mon organisation et je n’attendais ni demandais rien concernant le traitement des emails à cet associé. Par email, la grande majorité des emails étaient liée à la réalisation de mes propres tâches.

Dans sa tête, il a imaginé lui même que j’attendais qu’il envoie comme moi des emails la nuit. Nous n’avions aucun lien de subordination et aucune pression d’aucune sorte concernant notre activité commune.

Pour le soulager, j’écrivais donc mes emails quand j’en avais envie et les envoyais le matin. Cela avait pour effet de changer l’heure d’arrivée dans sa messagerie.

Bref, revenons à nos moutons concernant la déconnexion.

Pour ma part, une déconnexion totale sur une longue période est totalement inefficace et même dommageable. Pour reposer le plus possible mon cerveau et préserver ma santé mentale, le fait de « checker » mes emails me permet d’être « soulagé » instantanement.

Si  je ne verifie pas pendant plus d’une semaine je risque d’être inquiet et je n’arriverais pas à profiter à 100% de mes congés. Je fonctionne ainsi.

Vous allez me retorquer à juste titre que fonctionner ainsi est un problème.

Vous avez certainement raison mais :

  • Je fonctionne ainsi
  • Mes responsabilités & engagements font que je ne peux pas me permettre de laisser trainer une urgence une semaine
  • Si je ne traite pas cette urgence personne ne le fera
  • Si j’ai delegué le traitement des urgences à quelqu’un, mon cerveau sera apaisé de constater que l’urgence est bien traitée

Le plus important de cet article et que je n’ai absoluement rien contre ceux qui pronent la déconnection totale pour eux même, pour lutter contre des comportements inapropriés ou qui en ont vraiment besoin à partir du moment où on ne cherche pas à me l’imposer ou à ridiculiser mon mode de fonctionnement.

Je me fiche de votre manière de vous organiser & je n’exige de personne de rester connecté.

Je vois déjà certains qui seraient tentés de dire que les gens comme moi cherchent à ce que les autres fonctionnent comme moi. C’est à dire à forcer les gens à travailler pendant leurs vacances ou la nuit.

C’est bien entendu tout le contraire…

Le propos de cet article est juste de dire que pour certaines personnes (comme moi) c’est le fait de rester connecté pour vérifier qu’il n’y aucune urgence qui va provoquer le plus important des repos.

Si vous avez un poste à responsabilités et que vous pouvez vous déconnecter totalement 3 semaines d’affilées je suis très heureux pour vous et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Aurélien Bardon
Dites STOP aux régressions SEO avec Oseox Software

Je vous recommande de lire également

  • A propos des changements de TITLE dans les SERP
  • Loi de Brandolini et procès
  • Ne vous laissez pas abuser
  • Haters :-)
  • Education, intelligence & Covid
  • Ne manquez pas la newsletter pro E-marketing d'Oseox.fr

    (Un ebook de 31 pages en cadeau)